Le blog du team ralouf

Le blog du team ralouf de Grenoble, à base de fiesta, de cutrichare, de montagne, de voyage, d'escalade, de grosse marade, et... tout çaaaaa quoi!!!

22 mai 2015

Grande Roche Saint Michel - Les Affaires Reprennent

Ou le récit d'une ouverture pas totalement préméditée !

 

Dimanche 17 mai, fin d'un weekend à la météo "légèrement" maussade par rapport aux normales saisonnières ! La veille il a neigé 15cm à Chamrousse... normal pour un 17 mai... ! Dans le Vercors il a plu à verses, mais ça y est la météo est de nouveau annoncée au beau pour le dimanche.

Avec Rama on décide d'aller faire un peu de terrain d'aventure, pas trop loin de la maison. C'est la première fois de l'année qu'on va ressortir les friends, et on part direction Le Poids des Armes, la voie que l'on a ouverte l'année dernière en 4 jours épiques avec Pierre Buddy la malice et Sancho dé la Roca ! En effet, à notre connaissance la voie n'a toujours pas été répétée, ni pas nous ni par quelqu'un d'autre, et ce serait une belle première voie de TA pour commencer l'année.

7h30 départ de Grenoble. Au chaud dans la voiture, en route vers Lans en Vercors une pinte de café chacun à la main, on disserte en rigolant un peu jaune du plafond nuageux bien bas et de la température bien basse elle aussi, alors que météociel annonçait beau temps... Arrivé au parking du stade de neige nos doutes sont amplement confirmés : on se les gèles !!! Les nuages sont accrochés sur les crêtes... bon on verra bien.

Après 1h d'approche qui nous réchauffe tranquillement, on arrive à la chaîne des rappels de Faite souffrir les marmottes. En plein brouillard ! On ne voit même pas à 20m en regardant dans le vide. Ce matin on avait vu les nuages accroché sur le haut de la face du coup on se dit qu'en un ou deux rappels on retrouvera le soleil qui doit être juste sous les nuages. 5 rappels plus tard, il faut bien se rendre à l'évidence : toute la face est bien prise dans le-dit nuage ! Visibilité à 50m, l'ambiance est un peu glauque sur la vire de départ.

IMGP0652L'ambiance moite au départ des rappels

On passe au pied de Faite Souffrir les Marmottes, l'ambiance dans les trois premières longueurs est au canyoning ! Rincée par la pluie de la veille il semble bien que l'intégralité de la paroie a décidé de s'écouler dans ce dièdre! On dépasse le départ pour aller voir le départ de notre projet du jour : Le Poids des Armes... ah bin c'est tout trempé aussi !

C'est balo tout ça ! Nous voilà au pied d'une face que l'on a descendu en rappel, sans possibilité de la remonter... il est 10h du matin... et bien la journée prend une tournure nouvelle ! On commence à envisager la suite : il va falloir trouver un moyen de descendre jusqu'au Plateau du Peuil dans ces couloirs de terre bien raides, puis faire du stop, remonter de l'autre côté du Vercors à Lans puis au parking... tout cela passerait encore si on avait pas laissé un sac en haut des rappels qui contient évidemment : les clés de la voiture !!

Bref ça sent la super journée rando-galère ! Encore heureux qu'on a pas laissé les baskets en haut (ça ne nous avait quand même pas traversé l'esprit mais on aurait pu en être capable)!

Dissertant sur ces perspectives peu enthousiasmantes et qui devraient occuper notre journée d'une manière originale jusqu'à relativement tard, l'oeil du rama traine sur les piliers et dalles à gauche de la ligne de rappel. Et il s'avère que c'est beaucoup plus sec que le secteur marmottes - poids des armes !

En y jetant un coup d'oeil de plus près (dans le brouillard - visi à 50m...), et sur les conseils avisés de Rama qui avait déjà plus ou moins regardé la ligne quelques jours avant, décision est prise d'aller faire un tour de "repérage" sur cette zone de la falaise, des fois qu'il y ai une voie pas trop dure à y ouvrir.

De toute façon on ne risque pas grand chose : on va voir. Si ça passe on monte un peu plus haut, quand ça ne passe plus on redescend et on rentre à pied puis en stop puis on fait trois fois le tour du Vercors, etc...

L'avantage avec un "repérage" c'est qu'on ne peut pas buter ! Pas d'objectif précis : pas de but !

C'est parti donc pour le repérage. Heureusement pour Le Poids des Armes on avait embarqué pas mal de matériel, un jeu de friends et un jeu de câblés complet mais aussi une bonne douzaine de pitons, c'est ce qui va nous permettre de sortir !!

IMGP0656Premier relais au pied de la face

 

Les Affaires Reprennent

On repasse au pied des rappels des marmottes, puis filons une centaine de mètres plus au sud. Dans le brouillard pas facile de repérer une ligne jusqu'au sommet, du coup on regarde les attaques possibles, tout en essayant d'imaginer la suite dans le bouillard. Pas ce dièdre il est trop dur, pas cette fissure elle est trop terreuse, pas ce pilier il est trop lisse... On finit par se mettre d'accord sur une fissure large, et largement pourvue en touffe d'herbe, parfait pour un échauffement. Shifumi, je gagne, c'est parti ! Quelques minutes après me voilà en haut de la fissure herbeuse, c'est à dire à pas bien plus que 5m du sol, et me voilà confronté à un premier problème, THE dalle. C'est pas grand chose, juste 5 - 6m de haut tout au plus, avec quelques bonnes prises au milieu... mais ça doit valoir son gentil petit 6a/b et c'est complètement lisse, sans la moindre fissure pour protéger, je préfère ne pas attaquer par me mettre une trouille bleue au petit dèj.

Désescalade.

IMGP0659La face au dessus de nous, on n'y voit quand même pas grand chose... et c'est quand même bien trempé !

Essai dans le dièdre n°2. Terreux, mais bien fissuré pour les pitons ! C'est un peu gras car il y a quelques touffes d'herbes encore humide de pluie mais ça se remonte plutôt bien, un 4+ / 5a, ça c'est mieux pour l'échauff ! A 25m du sol j'arrive à un sapin, au dessus ça se corse : relais vaché ! Rama me rejoint, ça sent beaucoup moins la détente pour lui pour la longueur qui va suivre. Il faut attaquer en traversée à droite dans un bombé bien lisse, puis remonter tout droit mais on ne voit pas trop à quoi ça ressemble à cause du bombé, à part qu'il y a l'air d'avoir deux ou trois fissures.

Rama attaque, distribution copieuse de grands coups de marteaux pour flanquer à une fissure deux premiers pitons, puis c'est le bombé. Mais avec ses grands bras, cela ne lui pause pas tant de soucis, il avance vite, sur des tout petits pieds, sans possibilité de retour ! C'est donc là que ça se corse, le bombé franchi, steph arrive à la zone censée être "plus facile et fissurée", elle est bien fissurée mais les fissures sont bouchées! Du coup installé sur ses toutes petites prises de pieds, rama tente péniblement la séance d'essayage de tous les pitons que l'on a apporté pour voir lequel rentrera le mieux dans cette fissure récalcitrante. Après 20min d'un martèlement fébrile, on peut maintenant observer 3 lames plantées de 2 ou 3cm chacunes.. et un rama entrain de se tapper une bonne gigitte! Les 3 points clipés réalisant à eux trois un cas d'école de "moral point" (point ayant la décence de tenir au moins le poids de la dégaine - hautement gratifiant pour le moral), rama enquille avec la suite de la longeur, mais quelques mètres au dessus les difficulté s'estompent, et il fait relais sur un sapin au bout de 25m. En second j'enlève chacun des pitons en un ou deux coups de marteaux, pour une cotation qui vaut son petit 5c, c'est bon steph est parfaitement réveillé !

Troisième longueur : toujours dans le brouillard, notre visibilité limitée à 50m nous permet d'imaginer la suite. Je démarre droit au dessus du relais dans une volée de dales relativement couchées, et déroule une trentaine de mètres assez rapidement dans du 3+/4 qui fait très plaisir : facile à protéger, facile à grimper, c'est parfait ! J'arrive à un sapin où j'envisageais un relais potentiel, mais ce dernier laisse apparaitre ses racines à l'air libre telles des vieux chicots mal chaussés. On ne sait pas trop si c'est le sapin qui tient le cailloux dans lequel il a poussé ou si c'est l'inverse. Bref pas de relais ici, mais de toute façon 6 - 7m au dessus de moi il y a l'air d'avoir une bonne vire avec des arbres pour le relais. "Rama je continue" ! Sauf que pour atteindre la vire il faut grimper une petite fissure, bien pourvue en prise - branlantes, et en fissurettes - gluantes. Petit combat pour protéger la section, premier plantage de piton qui rentre dans la fissure comme dans du beurre "ce clou ne vaut rien", deuxième piton, celui là est béton! L'esprit plus décontracté je finis la fissure et me rétabli sur la vire en m'agripant à un arbre qui me permet de faire mon relais la minute d'après !

Et bien pour un repérage on en est déjà à trois longueurs, c'est tout à fait honnête cette petite voie !

IMGP0662L'ambiance brouillardeuse de la face

Rama me rejoint rapidement et nous évaluons à nouveau la situation, nous sommes sur une vire étroite mais où clairement des chamois circulent régulièrement, il y a quasiment un vrai chemin et des crottes partout ! Steph se décale de 50m vers la gauche et découvre un petit dièdre, bien raide mais court et pourvu d'un sapin en plein milieu, parfait pour l'assurage, c'est parti on continue par là ! Steph attaque le dièdre, mais le départ est trempé, joli adhérence sur dalle mouillée, ça paaasse! La suite du dièdre déroule un peux mieux, puis un crochet droite gauche dans un mur un peu expo et voilà rama au relais sur un gros sapin posé sur une vire bien large... what else !

Seul petit soucis, la suite, ah bah ça a pas l'air gagné ! Exploration de notre univers qui nous entoure (on y voit toujours à 50m), à droite ça déverse, c'est sur que ça passe pas, tout droit ça pourrait éventuellement le faire mais là c'est trempé, reste à aller voir à gauche sur une vire qui part dans le brouillard. Mais après un rapide repérage, il s'avère qu'il n'y a rien non plus pour nous par là bas, la falaise est trop raide.

IMGP0660En cours de repérage pour la suite de l'itinéraire au dessus de cette quatrième longueur. Par là c'est mal parti !

Bon et bien voilà, fin de cette ouverture, on sera quand même bien monté ! C'est rageant il n'a l'air de rester que 80m pour aller au sommet ! 

Nous entamons une descente en rappel qui promet d'être longue. Le premier nous redépose à la vire à chamois que nous avons quitté il y a un peu plus d'une heure, et on décide d'aller voir si un peu plus au sud elle ne nous amènerai pas quelque part où nous pourrions sortir au sommet. On jette un coup d'oeil, ça a l'air de passer... les affaires reprennent !

On suit la vire une cinquantaine de mètres puis elle se perd dans un couloir d'herbe que l'on remonte facilement. Enfin on arrive au pied d'une dernière falaise, que tout de suite on estime grimpable "ouah ça a l'air génial, dans 50m on est au sommet, aller c'est parti c'est sur que ça sort en haut, c'est bon c'est gagné"...

Et bien effectivement c'est sorti en haut mais alors dans la douleur ! Au pied de la falaise on se concocte un petit relais sur un sapin pour faire le point un peu plus précis : en remontant un ensemble de fissure on doit pouvoir gagner un sapin, puis du sapin rejoindre le sommet... Si le grimpeur de tête est trop claqué, il fera relais sur le sapin en question pour couper la longueur en deux, sinon summit !

Et c'est Rama qui s'y colle. Ca démarre par une dalle pas trop raide sur 10m, mais difficilement protégeable (du coup rama ne protège pas), puis le mur final qui doit faire 35m démarre par un petit surplomb, très court et pourvu d'un micro sapin pour se protéger, mais au départ parfaitement trempé. Du coup pour rejoindre le micro sapin, rama engage, à 10m du relais, les pieds dans le mouillé sans aucune protection entre lui et moi. L'ambiance en prend un coup on n'est looiiinn de l'ambiance détendu et joviale du moment où on s'est dit que ce dernier mur allait être facile, c'est à dire il y a 15 minutes !

Mais rama rejoint son micro-sapin sans embuches. Et le dépasse même relativement rapidement, aparemment doutant sur sa solidité. Il est maintenant sur un système de fissures d'environs 10m, qu'il remonter assez rapidement en posant quelques friends, puis il arrive à une niche. De là on imaginait une sortie tout droit, ou alors une sortie vers la gauche en direction du sapin. Pour le tout droit c'est loupé, sortir de la niche par le haut a l'air franchement dur. Le rama n'ayant plus qu'une seule option commence à se crisper. Pose d'un piton, un bon cornière bien béton, le moral remonte, et sans lui laisser le temps de rebaisser, steph s'embarque dans une traversée vers la gauche qui vue d'en bas a l'air bien stressante. J'évite une volée de pierres, les prises de pieds ont l'air pourries, rama a traversé de 5m à l'horizontal, il est maintenant à l'aplomb du sapin, plus que 4m à faire pour y arriver et passer une bonne sangle autour du tronc, mais avant ça, il faut poser une protection. Tentative de poser un friend, ça ne fait pas, la taille n'est pas la bonne il faudrait un 0.5, et bien entendu le 0.5, il est déjà posé plus bas. Tentative de poser un câblé, ça ne fait pas non plus. Les jambes du pauvre rama commencent à bien trembler, ça sort un piton, martèlement fébrile, le clou ne vaut rien... ça clipe quand même, rama sort un deuxième piton du porte-matos, puis un troisième, le tout donne un ensemble relativement convenable, de toute façon il n'a plus le choix, dans 4m faut qu'il soit à l'arbre sinon ça va mal se passer. Il attaque, ça démarre en fissure, puis ça se redresse juste ce qu'il faut pour déverser un tout ptit peu, le rama crie, attrape la branche du sapin... c'est fait ! Mais il ne s'arrête pas encore, moi qui croyais qu'après un effort pareil le pauvre rama n'aurait plus de moral du tout pour continuer, et bien il continue quand même ! En fait mon raisonnement était le bon : il n'a effectivement plus de moral, il a totalement débranché, il n'habite plus dans le même monde, sa réalité est ailleurs... Il plante un piton, puis un deuxième juste à côté... Et sort les 10m de la face restant sans rajouter la moindre protection. Sa réalité est ailleurs.

Dernière longueur

"YEEEEEEEEEEEEESSSSSSSSSS" !!! Revenus parmis les vivants, Rama balance un formidable hurlement (vibrations ressenties à 6.4 sur l'échelle de Richter à Villard de Lans), et reprend contact avec le monde réel : ici il fait soleil, plus de pierres qui tombent, plus de vide sous les fesses, plus de chance de se mettre la gamelle du siècle, rien que du plat et de l'herbe grasse. Et la sensation d'avoir accompli quelque chose de bien. Je remonte la longueur bien assuré par les cordes, et bien le rama s'est sacrément gavé. A l'exception du cornière dans la niche que je n'ai pas pu retirer, tous les autres pitons étaient complètement foireux. Joli longueur, mais dangereuse quand même.

Au sommet c'est l'euphorie ! C'est bon on l'a fait ! On a ouvert une voie, certe pas forcément très esthétique mais quand même, on a ouvert une voie, en 6h, sans avoir prévu de le faire, avec juste nos coinceurs et notre poignée de pitons ! Trop heureux ! Et puis sans compter que l'on aura pas besoins de se mettre toute la galère de redescente à pied au Peuil puis à Claix... de tout refaire la route en stop... c'est magnifique !

IMGP0681Bien contents au sommet

Avec le nombre d'ascenceurs émotionnels que l'on aura eu dans la journée, en redescendant on tombe assez rapidement d'accord sur le nom de la voie, ce sera : Les Affaires Reprennent !

 

Topos et infos précises à venir bientôt.

Del

 

Posté par cutrichare à 17:09 - Escalade / montagne - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Bien ouej

    Bien ouej ! Vous avez du vous mettre une bonne trash !!!

    Posté par Youri, 22 juin 2015 à 22:13
  • Avec qq moi de retard, ce we j'ai eu qq echo via une grimpeuse qui grimpais avec sa frangine à la dibona et je me suis dis que ce matin j'allais passer 5 min me marrer à lire un article à DEL. Ben pas décu!!

    Sancho

    Posté par Sancho, 15 juillet 2015 à 09:44

Poster un commentaire