Le blog du team ralouf

Le blog du team ralouf de Grenoble, à base de fiesta, de cutrichare, de montagne, de voyage, d'escalade, de grosse marade, et... tout çaaaaa quoi!!!

06 mars 2008

Grand colon enculééé!!

Toujours du côté des raloufs de Grenoble, j'ai la bougeotte et après un début de semaine harrassant à ne rien faire à l'appart en attendant que des employeurs éventuellent concède à me filer du taf, je décide d'aller jeter mon dévolu, ma haine, mes raquettes et mes bandits sur le versant Ouest du Grand Colon!IMG_0267

 

Départ bordelique, la route du parking forestier est fermée et j'attaque à 1100m d'altitude en marchant sur la route, avec les 1300m de dénivelée en perspective... 1H plus tard, le contexte à radicalement changé et je me retrouve à charger à la sanglier'style sur un tout petit chemin en déchargeant tous les sapins de leur neige fraiche avec mes skis qui sont rappelons le accrochés sur mon sac (genre paratonerre)... neige faiche qui atterie directement... dans mon cou!!!

IMG_0270

Après 1H50, je sors enfin de la forêt et arrive à la Baraque du Colon à 1750, d'où l'on apercoit la tant désirée face Ouest, le brouillard se dissipe de temps en temps donnant le genre d'éclaircie de la photo mais globalement j'ai la tête dans les nuages.

IMG_0275

 

 

La progression continue, mais encore 40 minutes plus tard, au bout de 2H30 d'effort, c'est mort, je suis cuit, les pentes sont trop raides pour mes pauvres raquettes, il aurait fallu des crampons ou un ratrack ou un poseur de téléphérique express, en tout cas c'est l'abandon vers 2000m, dans le brouillard... déçu.

 

 

 

 

IMG_0277

Heureusement pour la descente ça se découvre, et la c'est le grand pied, la peuf est excellente, ya 20 à 40cm de fraiche ultra légère sur une couche de neige dure... que du bonheur!!!

Toujours pas croisé ne serait-ce que l'ombre de la sueur d'un skieur, et j'attaque la descente dans la forêt, alors la c'est du grand n'importe quoi, la neige manque carrément et je me fous des gamelles sur des racines, des caillasses, je massacre encore un peu plus mes bandits qu'étaient déjà au bout du rouleau!

 

 

 

Pour cette joyeuse sortie, on retiendra qu'il faut amener :
     - une paire de crampons pour éspérer remonter les couloirs Ouest ou traverser vers l'épaule Sud-Ouest
     - une paire de ski cailloux pour pouvoir faire la descente dans la forêt et sur la route forestière
     - malgrès ces précautions, se procurer un avis de décès pour ses skis ne semblerait pas être une démarche superflue
     - j'ajouterais qu'il est important de se munir d'un permis de skier sur le goudron, surtout que les flics des Granges-de-Freydières-sur-Trou-du-Cul-du-Monde sont connus pour leurs excès de zelle...

Anecdote : le topo précise pour trouver le couloir Ouest, de repérer je cite "un bitard caractéristique orienté en direction des Trois pucelles"... sympa

del

 

 

Posté par cutrichare à 15:48 - Ski - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Ca c'est cool

    D'habitude j'trouve les blog plutôt pitoyables mais là à lire j'ai l'impression que t'es dans ma chambre (j'ai pété aussi ça aide à t'imaginer Del...).
    Et puis vos photos sont bien sympas. C'est une bonne idée ce plan. Bon faut mettre une connerie sinon ça vaut pas le coup d'écrire un truc !
    voyons...
    heu...
    ha oui je sais !

    Roberto est dans son bureau en train de lustrer son banc de muscu. Soudain, brouf, dans un nuage de fumée, apparaît un génie tout bleu avec un turban rouge sur la tête et des grosses boucles d'oreilles en or.
    "je suis le génie du banc de muscu !
    fais un voeu je l'exaucerai !"
    Alors Roberto sautant sur l'occasion pour se payer une bonne tranche de jambon (une énorme) demande :
    "je voudrais un milliard..."
    Brouf, le génie disparaît et juste à côté du lit brouf un magnifique billard vert avec 2 queues en ébène poli et un jeu de boule en émail apparaît.
    Roberto est un peu déçu du mauvais coup du génie, quand Del rentre dans l'appart' avec un espèce de cafard énorme sous le bras.
    "T'as vu le génie toi aussi ?" lui dit Roberto. "j'lui ai d'mandé un milliard et ce con m'a filé un billard !"
    Del lui répond alors en grognant :

    "et moi tu crois que je lui avait demandé une grosse mite ?"

    Et 1...
    2...
    3...
    et on rigole !

    Posté par fab, 06 mars 2008 à 18:57
  • francais...

    Idem que pour fab, je ne suis pas un grand fan des blogs ou de sites ou l'on expose son intimité (encore que.. ca dépend de l'intimité..)
    Mais celui ci a la particularité de n'etre comprehensible que par une minorité de personnes et de ne pas être truffé de "lachez vos com's" et autres futilités prisées par la génération "frappez moi, je l'ai pas volée"
    Si vous avez pas de petite soeur ou de petit frere, ca risque d'etre dur à comprendre..

    Du coup, on passe de l'exclamation classique "c'est quoi cette merde?" qui ne ponctue que trop souvent notre visite de ces sites persos à "putain, qu'est qu'il baragouine le sagouin?"

    Cetres un esprit quelque peu désabusé pourrait s'arreter au fait que l'on a troqué une interrogation sur une autre.
    Mais ca serait sans compter sur le caractère véridique et l'affection toute particulière que notre cher del a pour les plans à l'arrache et la montagne.

    Mixez donc les deux et vous obtenez : un blog !
    J'aurai plutot parié sur une cuite ou un open bar mais ce beau jeune homme musclé et célibataire (mesdemoiselles, à vous..!) est plein de ressources.

    Sur ce bonne bourre et à bientot sur ce blog.


    PS : Magnifique fab, mais je crois que tu nous l'avais déja sortie..

    Ah oui, une tite pour la route :

    Une femme commence une partie de golf. Elle frappe sa balle et voit celle-ci heurter un homme qui fait son parcours pas loin devant elle.

    Elle le voit mettre immédiatement ses mains serrées ensemble entre ses deux jambes et tomber au sol. Immédiatement, elle se presse d'aller le voir. Il est tordu de douleur au sol dans la position fétale.

    Elle lui demande pardon et lui explique ensuite qu'elle est
    kiné et qu'elle sait qu'elle pourrait diminuer sa douleur s'il la laissait faire.

    "Oooh... nnooon", dit-il. "Ce n'est pas nécessaire, tout va aller pour le mieux tout à l'heure", dit-il avec le souffle coupé.

    Mais elle insiste pour lui faire un traitement et finalement il se laisse faire. Gentiment, elle enlève ses mains d'entre ses jambes, ouvre son pantalon et place ses mains à l'intérieur en le massant.

    Après quelques minutes, elle lui demande :
    - Comment vous sentez vous ?
    - Ça fait du bien, mais j'ai toujours mal au pouce!

    Posté par Romu, 06 mars 2008 à 21:25
  • tu changeras jamais...

    Mon del grand fana de truc à l'arracher et qui à la fin devienne magnifique c'est toi le génie en faite!!! ah c'était beau ça!!! Bon arrêtons les compliments c'est quand qu'on m'emmene moi à la montagne !!! hein coach

    Posté par elise, 06 mars 2008 à 22:50

Poster un commentaire