Le blog du team ralouf

Le blog du team ralouf de Grenoble, à base de fiesta, de cutrichare, de montagne, de voyage, d'escalade, de grosse marade, et... tout çaaaaa quoi!!!

16 janvier 2010

On peut pas encore porter ce qu'on boit...

Décidément cet hiver est propice à des plans à coucher dehors... la preuve, le planning du weekend :

le principe consiste à trouver une sortie compatible avec notre fraiche expérience en ski drando, aussi fraiche que la belle couche de peuf tombée en montagne, annonciatrice d'un léger risque 4 sur 5 d'avalanche. De plus, la pluspart des protagonistes de cette nouvelle aventure ayant eut des exams à passer pendant la semaine, le stage de raffraichissement devra comprendre obligatoirement un bivouac en montagne, histoire de pouvoir se rappeler durablement ce que ça fait d'être en montagne toute une nuit, et d'évacuer définitivement le stress des éxams... et si en plus de ça, un bon bulletin météo bien foireux pouvait en plus rajoutter une petite tempête de neige pour le matin au réveil, ainsi que pour le retour, ce pourrait être un weekend parfait...

Nous fûmes pleinement comblés!

IMG_5012
Dans la forêt avant la grande combe, steph remonte sereinement la trace, chargé des victuailles pour la nuit...

La soirée de vendredi soir entière ne fut pas de trop pour mettre sur pied une organisation en béton armé. Le temps de récupérer des skis à décath, à espace montagne, chez les parents... qui à un réchaud à gaz ? on va où? à la Lavey ? non la Lavey le plat avant le refuge est trop long, et les pentes du dessus trop avalancheuses... oui mais à la lavey le refuge est béton, si on va ailleurs on aura une cabane pourrav... mais non...

rémi, si on va à la Lavey tu penses que ça sera bien ?
bin si vous allez à la lavey... ya quelqu'un qui m'a dit, que, vous allez crever... ;)

en plus la rando de la lavey avec ses 1700m de déniv nous paraissait un peu compliquée... nous nous rabattons donc sur un objectif immensément plus raisonnable : le Taillefer! Le plan est fixé : mat, roberto, ludo, stephen et moi nous monterons jusqu'à la cabane du Brouffier depuis La Morte, puis on se débarassera du matos de bivouac, et ainsi alléger, nous rallierons le sommet du taillefer, avant une nuit réparatrice ds la cabane. Ainsi nous profiterons pleinement de la descente le lendemain... Rémi nous accompagneras pour la montée et redescendra avant la nuit.

IMG_5015
Ludo sort de la forêt

Le lendemain, au parking, on se rend vite compte qu'on est pas les seuls à avoir eut l'idée du Brouffier. La trace est déjà toute faite et il n'y a plus qu'à la suivre. ça tombe bien, une organisation béton pour un weekend détente passe forcément par l'oubli de la carte IGN et de la boussole...

Nous commençons par remonter la forêt, puis la combe du brouffier menant à la crête du même nom.

IMG_5016
L'autoroute du Brouffier

A la sortie de la forêt, les peaux des skis de steph tentent de prendre leur indépendance. Elles n'ont visiblement pas du recevoir de colle neuve depuis quelques siècles et manifestent leur mécontentement en refusant de rester en place. Heureusement, l'une des milles personnes qui est monté ce jour là avait de quoi réparer et la caravane reprend sa montée.

IMG_5020
Ludo qui fourni dans la Combe, sous fond de Vercors

IMG_5024
Roberto s'initie au joie de la conversion...

IMG_5029
Lassé de s'empêtrer les skis à chaque conversion Roberto file tout droit sur l'arrête

On fini donc par déboucher sur l'arrête, et on peut distinguer la cabane du Brouffier au dessous de nous, steph qui vient de reperdre ses peaux décide de descendre à la cabane et de nous y attendre. Bravement, Roberto se dévoue pour l'accompagner.

Entre temps, mat rémi et moi avons pris de l'avance, et nous filons vers le haut de l'arrête de broufier, où nous sommes acceuilli par un vent qui devait franchement taper les 100km/h en raffales. Nous décidons que le sommet de la rando sera ici : le temps est entrain de se dégrader, et personne n'a oser continuer vers le pas de la mine, l'étape suivante pour le sommet du taillefer, à cause du risque d'avalanche sous le pas.

Nous nous apprêtons à descendre lorsque ludo débouche au sommet! il s'est batu comme un beau diable, il a tout donné, tout seul dans le vent, mais il est en haut!!

IMG_5047
Les 4 blaireaux au sommet

On redescent rapidou au refuge, mais la scène est comique à voir. On dirrait qu'on a jamais skié de nos vies. Entre le mal de cuisse, les sacs sur le dos, la neige alternant entre soufflée dure et bassin de poudreuse où il faut le tuba pour nager, notre style de descente est proche de celui du débutant balancé dans un champ de peuf croutée verglacée à 50°... pathétique!

Nous arrivons à la cabane tant bien que mal et rejoignons le berto et rama. En pénétrant dans ce taudit qui va être notre demeure pour le reste de l'aprèm et la nuit à venir, un petit refroidissement des troupes se fit ressentir. En effet, si la cabane de Brouffier s'appelle cabane et pas refuge, il ya une bonne raison : la porte ne ferme pas : génial pour l'isolation. Pas de chaises ou de bancs mais des moelons comme seul mobilier, un mauvais poêle dans un angle (sans bois) et un étage coiffé d'une toiture tellement étanche que le sol en est couvert de neige.

IMG_5050
L'intérieur de la cabane

IMG_5055
et l'extérieur

cela ne nous empêcha pas de nous pêter un bon casse croute! il commençait à faire sérieusement faim, jambon, fromage pour tout le monde, et même une ptite goutte de rouge!

Ensuite on envoie la première d'une longue série de thé, et rémi se prépare pour redescendre. Mais mat, trop impressionnée par les conditions austères de l'étage où on va dormir, décide qu'elle n'a pas envie de finir sa vie congelée dans son duvet au fond d'une cabane pourrav. Nous les regardons donc s'éloigner tous les deux vers la descente, en se demandant si la raison n'aurrait pas voulu qu'on les suive...

Nous nous retrouvons donc, Stephen Roberto, Ludo et moi pour la soirée, qui s'annonce longue, vue qu'il est 16H!

Roberto décida de faire du feu dans le poele et parti dépouiller un petit sapin. Il revint et se mit à la tache. Mais, malgrès toute la bonne volonté qu'il y mit, le bois, vert et plein de neige, refusa de s'enflammer correctement. Le poele étant une sorte de vieu brulot en fonte massive sans porte et tout troué, la fumée s'échappait de partout dans le refuge. Une demi heure plus tard, il était clair que si ça continuait comme ça nous allions crever enfumé dans le refuge, on ouvrit donc la porte, et les 0.5° que berto avait péniblement gagné s'envolèrent en fumée... on repris notre rythme de croisière à -2°C ds la cabane, mais au moins on pouvait respirer!

IMG_5058
Roberto expliquant au sapin qu'il doit bruler et vite sinon il va se facher!

Pendant ce temps, steph est traumatisé par des problèmes gastriques... il tente une évacuation du problème en extérieur, mais à peine a t-il franchi le pas de la porte, qu'il rerentre et la referme aussitôt! En effet, dehors la tempête s'est sérieusement levée, et le vent chariant une neige à vous glacer les os, aurait tôt fait de lui geler la rondelle...

Les gars vous pensez que si je vais chier dehors il se passera quoi?
ya quelqu'un qui m'a dit, que, tu allais en chier... serait-ce possible alors...

Mais steph ne manque pas d'ingéniosité, se munissant d'une chaise sans fond et d'une bouteille en plastique décapitée, c'est à l'étage qu'il part rendre la liberté à son étron...
Seul pépin, pour aller évacuer le fameux étron en extérieur, il du retraverser la pièce principale, dont on se rapelle qu'elle était plutôt intimiste... Roberto le chassa limite à coup de pelle à neige!

IMG_5059
Steph partant se soulager à l'étage, équipé de sa chaise sans fond et sa bouteille plastique...

Cette annecdote passée, il est plus que temps d'en arriver à l'apéro (le thé yen à marre). Mais, malheureusement, 3 bouteilles de blanc et 2 fiolles de génépi made in Nono plus tard, il faut se rendre à l'évidence : nos bouteilles sont sèches... mais pas nous!

Roberto pour couclure cet épisode tragique, sortira la désormais célèbre phrase phylosophique suivante : On ne peut (malheureusement NDLR) pas encore porter ce qu'on boit!!!

IMG_5080
Ludo et Roberto durant l'apéro...

Ensuite, comme il se fait tard (20H30... sic) et qu'il n'y a plus rien à boire et qu'on en a marre de bouffer, on se délocalise vers ce qui sera notre chambre cette nuit. Cette chambre, un cagibi à matos de 2m50 par 1m10 enduite de crottes de souris présente l'avantage d'être minuscule et donc facilement chauffable, et d'avoir une porte qui ferme!

Après une dernière fournée de thé (faut pas déconner), et après avoir épluché tous nos répertoires de chansons, nous sombrons tous dans un sommeil réparateur. Tous? non!! bien installé entre roberto, le mur en béton armé, et le sol toujours en béton armé, je ne trouvais pas le sommeil immédiatement. Je dû donc me coltiner pendant une heure et demi l'orquestre bien orequestré des ronflements de roberto stephen et ludo, ou plutôt devrais-je dire d'un compresseur, une pompe à vélo et un B-52...

IMG_5097
Notre cagibi pour la nuit

La nuit non plus ne fut pas de tout repos, avec l'espace vital de chacun, la personne tentant de sortir pisser pouvait avoir des conséquences dramatiques. Roberto qui sortit en plein nuit se soulager se heurta à un problème : la porte de notre chambre ne pouvait se fermer qu'après l'application de quelques coup de tatanes bien sentis. Malheureusement il n'arrive pas à la refermer et la laissa donc entrebaillée, avec le léger courant d'air qui s'en suivit.

Le lendemain je me révaillais avec de la neige sur les pieds. Dehors c'était la tempête... pour fêter ça on fit du thé, puis la longue attente d'une hypothétique acalmie commença!

IMG_5098
Préparation traditionnelle du thé : un bon cuchon de neige!

Ensuite roberto retenta son expérience avec le poele en fonte et le sapin, mais cette fois-ci il remporta un beaucoup plus franc succès! le sapin, heureux d'avoir passé la nuit au sec, accepta cette fois-ci de bruler! Certe la température ds la pièce restée ouverte toute la nuit plafonnée toujours à -2°, mais le feu ne remplissait plus la pièce de fumée et on put faire sécher les peaux de phoques pour les recoller sur nos skis.

Vers midi, comme il devenait évident que l'acalmie tant attendue n'arriverait jamais, on décida de tenter une sortie.

Ludo tu crois qu'si on part maintenant du refuge ça va être comment ?
Ya quelqu'un qui m'a dit, que, vous allez en chier... serait-ce possible alors...

IMG_5115
On tente une sortie!!!

Une fois parti de la cabane, il faut remonter une petite combe ou sa brasse bien, pour rejoindre la crête et l'itinéraire de descente. Le seul problème est que la visibilité est d'environs 1m50, et que si on dépasse la trace de descente, on risque juste de se paumer complètement...

IMG_5117
Super la vue les mecs!

Heureusement, le grenoblois-mort-de-faim est une espèce de la faune locale particulièrement intriguante, on le retrouve évoluant dans son milieu naturel par tous les temps... même avec un jour blanc à faire perdre ses repères à une arde de chamoix... Ce qui veut dire en bref qu'on croisa la trace fraiche faite le jour même d'au moins cinq énervés, ce qui nous permit de redescendre sereinement, et même de profiter d'une super peuf dans la combe! et d'un bon border cross dans la forêt! terrible!!!

Arrivée au parking! comme on est pas calmé, on décide d'aller se finir ludo stephen et moi, à lans en vercors, pour une petite initiation cascade de glace... et c'est ainsi qu'on cloture le weekend en remontant des stalactites à la frontale, et plantant ludo et moi pour la première fois de nos vies, piochons et crampons sur cette surface si glissante!

IMG_5126
Initiation cascade de glace pour finir!

Rémi et mat, mort de faim eux aussi, et plus du tout débutant, passèrent la journée dans une cascade affichant un gros grade 5+... fine équipé!!

Enfin encore un week-end formidable quoi!!

del 

Posté par cutrichare à 17:45 - Escalade / montagne - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    énorme

    Comme d'hab mdr en te lisant bro !
    Vivement la suite !

    Posté par caro, 20 janvier 2010 à 05:45
  • N'empeche le lendemain il s'est allumé....
    N'EMPECHE...
    QUelqu'un qui m'a dit que la suite serrai ouf.... serrrraissssse possible alors????

    Posté par Roberto, 20 janvier 2010 à 09:48
  • Affaire à suivre...

    Je m'baladais dans la rue de Nantes
    Quand quelque chose me tomba dessus
    Je mis mon doigt c'était de la fiente
    Ah merde, les pigeons m'ont déçu !
    Me nettoyant je fis un grand geste
    Pour enlever ce fard incongru
    Une vieille reçut ma main un peu leste
    Et tomba au milieu de la rue

    Un pigeon m'a fait d'ssus
    Y a une vieille dans la rue.....

    Affaire à suivre....

    Posté par Ludo, 20 janvier 2010 à 11:11
  • Bande de salauds

    Vous vous êtes encore bien gavé!!!

    Posté par P'tit Youth, 21 janvier 2010 à 20:17

Poster un commentaire